Image from page 329 of "Encyclopédie d'histoire naturelle; ou, traité complet de cette science d'après les travaux des naturalistes les plus éminents de tous les pays et de toutes les époques: Buffon, Daubenton, Lacépède, G. Cuvier, F. Cuvier, Geoffroy Sa

Download this image

More from this collection

Support Pastpin!

Where: Unknown

Try to find the spot where the photographer was standing.

When: 01 January 1825

Try to find the date or year when this image was made.
Title: Encyclopédie d'histoire naturelle; ou, traité complet de cette science d'après les travaux des naturalistes les plus éminents de tous les pays et de toutes les époques: Buffon, Daubenton, Lacépède, G. Cuvier, F. Cuvier, Geoffroy Saint-Hilaire, Latreille, De Jussieu, Brongniart, etc
Identifier: encyclopdiedhi15chen
Year: [186-?-187-?] ([180s)
Authors: Chenu, Jean Charles, 1808-1879; Desmarest, E. (Eugène), 1816-1890
Subjects: Natural history -- Dictionaries
Publisher: Paris : E. Girard et A. Boitte
Contributing Library: Smithsonian Libraries
Digitizing Sponsor: Smithsonian Libraries


View Book Page: Book Viewer
About This Book: Catalog Entry
View All Images: All Images From Book

Click here to view book online to see this illustration in context in a browseable online version of this book.


Text Appearing Before Image:
23^ HISTOIRE NATUUELLE France, ISi-i) dit que les larves se cachent dans la terre et mettent un mois à peine à parvenir à leur dernier él:it, et que celles qu'il a eues sous les yeux étaient nées dans des matières où se trouvaient divers Aphodius. L'entomologiste lyonnais se demande si ces larves n'auraient pas un genre de vie qui les rapprocherait de celle des Ilydrophilides, c'est-à - dirè si, au lieu d'avoir la même nourriture que les Coprophâges, elles ne vi- vraient pas aux dépens de la postérité de quelques Aphodius. Mais cette hypo- thèse ne pourra être confirmée ou infirmée que par des observations nouvelles. Les deux espèces de ce genre les mieux connues sont les S. scarabÅoides, Linné, et bipusltdatus, Fabricius, qui se trouvent communément en France, et qui comprennent plusieurs variétés que l'on a regardées à tort comme des espèces. Les pays étrangers à l'Europe, tels que l'Amérique méridionale, le cap de Bonne-Espérance, Java, etc., en renferment quelques-unes, et, sans nul doute, quand on les recherchera avec plus de soin qu'on ne l'a fait jus- qu'ici, on en découvrira un plus grand nombre.

Text Appearing After Image:
Fis. 429. â S. scara- bÅoides. 4"" GENRE. - CERCYON. CERCYON. Leach, 1817. Zool. Miscdl., I. m. Nom d'un brigand de la fable. Corps ovalaire; mandibules cornées, peu arquées, terminées en pointe, sinueuses et frangées ,iu côté interne, munies d'une molaire à la base ; mâchoires cornées au côté externe, à deux lobes mem- braneux au côté interne; labre transversal, peu apparent; palpes maxillaires à quatrième article fusiforme : labiaux courts, subcylindriques, velus; menton corné, en demi-cercle; antennes de neuf articles, les trois derniers formant une massue brièvement pubescente, serrée et en ovale allongé; écusson en triangle subéquilatéral, à peine de moitié plus long que large; métasternum terminé an- guleuscment à la partie antérieure; mésosternum comprimé en lame horizontale sur la tranche; pros- ternum en triangle, caréné; jambes armées de rangées longitudinales d'épines; tarses postérieurs à premier article plus long que le dernier, presque aussi grand que les trois derniers réunis. Ce genre a été établi aux dépens des Sphéridies, et dans ces derniers temps il a été lui-même partagé en plusieurs coupes génériques particulières; il correspond au groupe des Combrus (nom propre) indiqué par Megerle dans le catalogue de Dahl, publié en 1823, et à celui que Latreille désigne, probablement par erreur, sous le nom de Cercrjdion. Les Cercyons sont des insectes de très-petite taille, qui tous ont sur les élytres des stries longi- tudinales de points enfoncés; leur couleur est généralement sombre, et ils présentent parfois, dans les mêmes espèces, des modifications souvent considérables, suivant le déve- loppement qu'a pris la matière colorante. Presque tous ont les mêmes mÅurs que les Sphéridies; quelques espèces, cependant, se rencontrent souvent dans les endroits humides, sous les pierres, les mousses, ou sous les plantes à moitié pourries entassées au bord des eaux. On a décrit près de trente espèces de ce genre, et la plupart se rapportent à l'Europe, quoique quelques-unes habitent l'Amérique méridionale, et une le cap de Bonne-Espérance. M. Mul- sant en indique quinze comme exclusivement particulières à la France; parmi ces dernières, nous citerons les C. liÅmorrlwUlale, Fabricius, qnisquUium, Fig. 430, â c. o6soî£(um. Linné, et miniuiim, Fabricius.


Note About Images
Please note that these images are extracted from scanned page images that may have been digitally enhanced for readability - coloration and appearance of these illustrations may not perfectly resemble the original work.

Info:

Owner: Internet Archive Book Images
Source: Flickr Commons
Views: 95856
bookidencyclopdiedhi15chen bookyear186187 bookdecade180 bookcentury100 bookauthorchenujeancharles18081879 bookauthordesmaresteeugne18161890 booksubjectnaturalhistorydictionaries bookpublisherparisegirardetaboitte bookcontributorsmithsonianlibraries booksponsorsmithsonianlibraries bookleafnumber330 bookcollectionbiodiversity bookcollectionamericana bhlcollection bhlconsortium

Add Tags